Pierre DEGEYTER

Publié le par boubou

Le tourneur sur bois le plus célébre du monde ouvrier




 A la fin du 19 eme  siécle, les poèmes et les chansons, étaient pour ceux qui souffraient, luttaient, un moyen d'exterioriser la misère mais aussi l'espoir dans le combat contre les exploiteurs,  un cri de colére contre l'injustice et la haine.
Pierre DEGEYTER est né à Gand en Belgique en octobre 1848.  En ce milieu du siècle, la vie en Belgique est aussi dure qu'en France.  Le pére DEGEYTER avec son salaire de misére, parvient à peine à nourrir ses huits enfants. Il pense trouver de meilleures conditions de travail dans la "Capitale de Flandres" avec sa famille il s'installe à Lille en 1855.
A cette époque les patrons n'avaient aucun scrupule à faire travailler les enfants "Ils sont plus malléables disaient-ils" Pierre fut salarié  à l'usine de Fives-Lille, il gagnait dix centimes pour une journée de travail de neuf heures. Victor Hugo dans ces poèmes dénonce cette exploitation de l'enfance. Taillables et corvéables à merci, les enfants de famille ouvrières ne pouvaient aller à lécole. Pierre DEGEYTER souffrait de cette injustice, aprés les journées à l'usine il assistait aux cours du soir à l'Academie des Arts de Lille. A seize ans il a déjà acquit  de l'expérience, il travaille ses cours du soir. Les cours de dessin vont lui permettre de devenir tourneur sur bois. IL est assidu, il veux apprendre, la musique l'attire, comme ses fréres il est doué pour le chant.
En 1866 il obtient le premier prix de l'Académie de musique Lilloise. Le jeune tourneur sur bois se retrouve le samedi et le dimanche  parmi les choeurs du théâtre, il chante et joue de plusieurs instruments. IL compose des chansons fait des arrangements musicaux. Mais en cette fin du 19 eme siècle dans les usines , les mines, l'exploitation des ouvriers fait monter la colére. Partout des voix s'élèvent pour dénoncer l'injustice. Pierre DEGEYTER  devient un militant socialiste, mettant son talent au service de la cause qu'il défend. Il fait parti de la lyre des travailleurs de l'usine de Fives.

Un samedi de juin 1888, Gustave DELORY futur maire socialiste de Lille demanda à Pierre DEGEYTER  de mettre en musique "l'Internationale"  poème d'Eugéne POTTIER, ancien communard.
Aprés quatres heures de travail et de multiples retouches, la partition est terminée. A la sortie de l'usine le lundi avec quelques camarades il fera les corrections dans un estaminet.  Ce  chant révolutionnaire est né parmi les travailleurs, c'est la rencontre de deux hommes, l'un Eugéne POTTIER poéte, le communard condamné et proscrit, contraint à l'exil, l'autre Pierre DEGEYTER tourneur sur bois a Fives, militant du Mouvement Socialiste.

=================
"L'internationale"Bien qu'elle soit née en France (Pottier a écrit le texte à Paris en 1871 et Degeyter en a composé la musique à Lille en 1888), "l'Internationale", comme son nom l'indique, a été traduite dans de nombreuses langues. Elle a servi de chant officiel aux divers partis communistes existant de par le monde, mais également de chant de lutte pour les manifestants et opprimés qui, hélas, ne se limitent pas à certains pays.
Eugène POTTIER
Paroles      1871
  Pierre DEGEYTER
Musique      1888
w
======

 

Pierre DEGEYTER est décédé à l'hopital de Saint-Denis le 26 septembre 1932. Il fut enterré le 2 octobre, cinquante mille travailleurs y participèrent avec les délégations communistes de province. Pierre DEGEYTER n'imaginait pas en mettant en musique un poème d'Eugéne POTTIER que son oeuvre ferait le tour du monde.  De congrés en manifestations, de paris à Moscou, de Pékin à la Havane hymme officiel de l'URSS , fut murmurée aux funérailles de Pablo NERUDA, diffusée a travers l'espace par le premier satellite soviétique en 1966,et chantée par la révolte des étudiants chinois en 1989.


"L'internationale" retentit dans les manifestations, dans les gréves, dans les usines, dans les prisons, dans les casernes, au dessus des tranchées de la guerre impérialiste de 1914-1918, sur le navire de guerre Potemkine, en 1905, pendant la première révolution russe:sur les bateaux de l'escadre de la mer Noire en 1919, quand les marins français, avec André MARTY et Charles TILLON à leur tête, refusèrent de tirer sur les travailleurs soviétique.

(Maurice THOREZ àSaint Denis le  1er octobre 1949)  

Ces lignes sont extraites d'un "cahier " suplément au journaldu PCF du Nord-Pas-De-Calais "Dimanche LIberté" de 1988



xxx

 

Publié dans Divers

Commenter cet article

RolloTomasi 24/04/2009 21:00

Et voula mon boubou, très bien fait ta nlle mise en page enfin tu dois etre content...Amitiés..R.T

boubou 24/04/2009 22:12



Apres beaucoup de travail j'ai reussi , j'ai mis du monde a contribution, merci a eux , ensuite aforce de merder j'ai reussi. L e problemes c'est que les modos parlent css ades
gens qui n'on t aucun niveau comme moi et la c'est galere .
Le resultat et la merci mon prince . C'est varis c'est plus cool boubou



petitesirene04 24/04/2009 16:52

coucou cela fait plus de 8 jours que j'essaye de te mettre des cons j'y arrivais pas pour ce que tu ma demandé je te contacte par ton mail en bas de ton blog bonne soirée

Photos en vrac 24/04/2009 15:39

J'ai découvert  cette article avec plaisir  . Un peu d'histoire çà ne fais pas de mal . Sur mon blog j'ai publié une série de photos d'appareils anciens . Je ne suis pas un pro nostalgie mais avouons qu'à l'époque les gens savaient travailler et ce qu'ils produisaient c'étaient du solide

boubou 24/04/2009 22:14


bonsoir  tu n'est pas un pro moi non plus , tu t'éclate c'est deja bien , bonne soirée boubou


RolloTomasi 24/04/2009 14:59

Le bonjour du dredi boubou..Bon week-end ..amitiés..R.T

RolloTomasi 22/04/2009 14:07

Hop mon boubou, juste un tit coucou pour entretenir l'amitié...R.T

Flo-Avril 22/04/2009 09:21

Gros bisous boubou et bon mercrediAmitiés, Flo

nadine 22/04/2009 05:19

Ma maman est née en 1922 mon papa en 1914.Elle a été placée à l'âge de 12 ans en restauration,aprés son certificat d'études mon papa lui a travaillé à l'âge de 14 ans n'allait à l'école qu'une journée par -ci par là quand il n 'y avait pas trop à de travail à la ferme.Ils ne mangeaient pas tous les jours à leur faim, loin de là; les heures de tavail  n'étaient pas comptées!De lourdes conséquences sur leur santé, et un grand coup de ciseau sur leur avenir! Deux des conséquences de leur trés dure enfance!Il y a tant à dire, merci Jean-Claude pour le travail de mémoire.nadine

Fancri 21/04/2009 19:55

Merci pour ta visite sur les escaliers!Le tournage du bois m'a toujours impressionné! comme la poterie!tu fais des toupies?je n'ai pas visité tous les articles! :-(((bonne soirée salut!peut être à plus tard?

Fancri 20/04/2009 23:35

Bon courage si tu changes!!!!bonne fin de soirée!

byseverine 18/04/2009 22:24

très instructif tout ça bises

boubou 18/04/2009 23:21


bien si j'ai apporte de l'eau a ton moulin